Les Montagnes de Manigod – R.Godefroy – 1921

Le livre « Les Montagnes de Manigod  » (R.Godefroy – Librairie Dardel à Chambéry – 1921) est le 1er livre consacré aux montagnes de Manigod.

Le texte ci-après est une copie aussi fidèle que possible du document originel, en respectant l’orthographe des noms, lieux-dits, et les fautes d’orthographe et grammaire.

Lire « Les Montagnes de Manigod« 

Récits des coutumes antiques des vallées de Thônes

 

« Récits des coutumes antiques des vallées de Thônes » fut écrit en 1805 par Claude GAY, originaire de la commune des Clefs.

Grâce à ses récits, vous apprendrez ce qu’était la vie dans notre vallée au début du 19e siècle : les habitations et bâtiments annexes (four, moulin, scierie, . . .), la nourriture, les vêtements, les fêtes (fêtes religieuses, mariages, . . . ), les veillées, . . .

Ses récits sont aussi l’occasion d’apprendre ou de réviser quelques termes courants de notre patois.

Le document original a été enrichi de sa vie, racontée par Michel Voisin, un de ses compatriotes.

Lire Récits des Coutumes antiques des vallées de Thônes-Claude GAY

Mémoire sur les antiquités religieuses, civiles, politiques de Manigod – VITTOZ – 1852

Ce livre « Mémoire sur les antiquités religieuses, civiles, politiques de Manigod  » est le plus ancien livre consacré à Manigod.

”Dans ce petit Mémoire, vous trouverez une collection de faits de l’ordre politique, civil, religieux, qui vous paraitront plus ou moins remarquables, plus ou moins intéressants, plus ou moins édifiants ”, du Xe siècle jusqu’en 1851.

Il a été écrit par le Vicaire Sylvain Vittoz (V.S.V.) en 1851, et publié en 1852 par l’imprimerie Burdet, à Annecy (Haute-Savoie).

Le texte ci-après est une copie aussi fidèle que possible du document originel, en respectant l’orthographe des noms, lieux-dits, et les fautes d’orthographe et grammaire. Seule, la Table des Matières a été adaptée.

Lire Mémoire sur les antiquités religieuses, civiles, politiques de Manigod – Vittoz-1852

Un géant emblématique : le Vargne à Reydet

pied-vargne-a-reydetÀ 1450 m d’altitude, au bord d’un des chemins de randonnées le plus fréquenté du massif des Aravis menant du pied de l’Aiguille de Manigod au lac du Charvin, se dresse un monumental sapin pectiné.
Cette espèce (Abies Pectinata) est désignée sous le terme vernaculaire de Vargne.
Comme au Moyen Âge le territoire de Manigod dépendait des Reydet, branche aînée des comtes de Vulpillières établis sur le bassin annécien, ce conifère aurait hérité son nom de cette ancienne appartenance nobiliaire. Toutefois, ce lien n’est pas formellement prouvé.
vergne-reydetEn deux siècles d’existence, ce sapin a pu acquérir une imposante stature : haut de 35 m, il peut compter sur la solidité de sa base, avec une circonférence de 4,6 m, soit un diamètre de 1,5 m mesurés à 1,5 m du sol.
Son âge, ses dimensions, lui valent de figurer en bonne place dans l’ouvrage d’H. Rougier & al., (2016) intitulé Arbres remarquables en Haute-Savoie.
Le Vargne à Reydet serait une icône très pertinente pour Manigod, dont le nom s’explique par l’ancien vocable germanique de «Manigwald», associant «manîg», c’est à dire beaucoup, et «wald», forêt : à traduire par «beaucoup de forêt».